Mardi 29 juillet 2014 2 29 /07 /Juil /2014 19:30

https://www.youtube.com/watch?v=hxYG-EU4iSI Britten Sea Interludes 3 : Moonlight

Elle est tellement moche, cette histoire sans fin ! Et à la simplifier, on risque d'envenimer soi-même et son regard sur les choses, de plonger dans un manichéisme dangereux. À la complexifier, on se perd dans tous les paramètres pourtant bien réels : les acteurs - ils sont nombreux - du conflit, le sionisme, l'antisionisme, l'antisémistisme, l'islamophobie, et tous ceux qui vendent leurs armes et leurs services aux deux (seulement deux ?) protagonistes. On amalgame. On voudrait tant tout comprendre, n'oublier rien ni personne.

Et pendant ce temps-là, des gens, des enfants meurent ; la haine est là, une violence irrespirable. Comme dit Jean Daniel dans son édito de la semaine " il n'y a que la mort qui gagne ".

Et moi, qui persévère à m'émerveiller des petites choses parce qu'il n'y a rien d'autre à faire. Je continue, cœur lourd, avec comme une rage de l'impuissance, avec une colère de n'avoir rien à faire. Je m'associe comme je peux aux protestations contre l'inhumanité. Ma compassion déferle. Pour le reste...

P1030921.JPG

Je préserve ce qui me fait respirer, ce qui me permet de résister à la tristesse ; je fuis la laideur ; je m'enchante, me laisse enchanter et ainsi, il reste possible d'être vivant, malgré la barbarie à nos portes.

animaux-4482.JPGPhoto Clarisse Mèneret

Par tempesdutemps.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 24 juillet 2014 4 24 /07 /Juil /2014 18:57

https://www.youtube.com/watch?v=NZSr07gd1fk

clic droit - ouvrir - excusez la pub et l'ignorer : " J'ai perdu mon Eurydice " en italien - Kathleen Ferrier live : sublime. Beaucoup hésité, renoncé à La Callas et à Dame Janet Baker. Pour la perte d'Eurydice ou plutôt celle d'Orphée, c'est Kathleen qui est la meilleure.

 

PERDRE : ah, le drôle de mot ! J'y réfléchissais en conduisant l'autre jour (et je conduis beaucoup en ce moment) au moment où quelqu'un a dit dans le poste " Il a perdu la vie... ". Tiens, c'est vrai, on dit ça. On dit aussi " J'ai perdu quelqu'un " quand on parle de la mort d'un proche. On dit aussi " Il - ou elle - a perdu la vue ".

N'ayez crainte, pas de billet triste, juste une réflexion sur ces mots-tiroirs, mots-valises, mots-labyrinthes dans lesquels on peut se perdre, oui, se perdre car parfois, on se perd soi-même. En conjectures, entre autres choses. Mais se perdre, c'est surtout perdre son âme.

J'ai envie d'images qui apparemment n'ont rien à voir mais où il s'agit de perte aussi : durant quelques instants le contact avec le réel est rompu, on est absorbé dans la contemplation : laquelle ouvre un autre réel : eau ou mercure ? le roseau : plante ou grand insecte ? Perte = acquis.

DSC02176.JPG

Photo C. Destandau

Si on perd quelqu'un, cela veut-il dire qu'on va le retrouver ? Et ce quelqu'un, il nous a perdus mais il a d'abord quitté la vie. C'est une perte réciproque. Non, on ne perd personne. On perd des illusions qu'on ne retrouve jamais. On perd des objets qui continuent leur vie ailleurs. Quelquefois on perd son temps, mais ça n'est pas une certitude. Enfin, on peut perdre le nord (ou le sud). 

phto-Cla.jpg

Photo C. Mèneret

Devinette : Le contraire de Perdre : Gagner ou Retrouver ?

Par tempesdutemps.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 15 juillet 2014 2 15 /07 /Juil /2014 13:00

  fecamp2-08-07.JPG

             Photo Clarisse Mèneret Fécamp 2007

 

 

La mer mâche ses cailloux

Les secoue et les touille

Les roule et les compte

 

Écho obstiné du galet

Je m'amarre

 

La mère en moi se retire

 

 

 

 

 

Fécamp, septembre 2008

Par tempesdutemps.over-blog.com - Publié dans : Vous avez dit poésie ?
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 13 juillet 2014 7 13 /07 /Juil /2014 17:20

https://www.youtube.com/watch?v=127x32A7GGE

Découvert le Silk Road Ensemble, groupe de musiciens de tous les horizons réunis par Yo Yo Ma, jouant des instruments allant du pipa à la cornemuse en passant par des percussions inouïes, nous balladant (exprès, les deux L) dans tous les pays de la route de la soie. Tout est beau, ils sont joyeux et virtuoses. Alors, de la world music comme ça, oui, tous les jours, à haute dose !

silk-road-ensemble.jpg

Pas de substantif pour gigoter exceptés gigot et gigue (cuisse et/ou danse) donc, on néologise.

Le gigotage (ou la gigotation) est communicatif comme le baillement ou le fou-rire. Autour de nous, ça s'agite dans tous les sens : les uns s'en viennent, les autres s'en vont et parfois même font les deux choses. Les amis " expat " arrivent et repartent ; et pendant leur séjour, on gigote. On veut tellement partager ! Ça ne se rattrape pas, le temps.

On a aussi rendez-vous très loin avec une petite-fille, plus petite du tout. Et après, on se promène beaucoup en se racontant plein de trucs.

L'automobile encore pour aller se baigner...

Bref, on se croit à l'abri de l'animation générale et estivale et on est pris dans le mouvement. Ce n'est pas qu'on le regrette mais on voit les horloges se mettre à tournoyer comme des folles et le temps passer comme un TTGV ! Juillet déjà ! Et même mi-juillet...

On arrive à coincer, dans cette folie vibrionnante, un ou deux moments de calme plat :

P1030893.JPG Ô temps, suspends ton vol, et vous heures propices,

[...] Jeter l'ancre un seul jour ?

Par tempesdutemps.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 4 juillet 2014 5 04 /07 /Juil /2014 08:00

 

JUILLET

 

 

 

 

Tout à coup, dans le vacarme océan, le pacte conclu, un corps qui se fait oublier, les châteaux de sable, ksour ruinés mais encore majestueux, des cris d'enfants semblables à ceux des mouettes...

 

Alors me viennent les notes salées, les notes vertes et jaunes à la Satie.

 

Mais un vent brûlant nous baigne tandis que lisses, nous cheminons. Quelque souffle active notre disparition. Une baie ponctue la partition du ciel. Il y a que nul ne se lèvera plus : silhouettes de glu, jaspées dans un frisson de sel.

 

 

Memory : il y avait, je me souviens, sur le blanc des bateaux ferret capiens, un dernier éclat d'or insensé. Quatre ou cinq fois par jour, les enfants allaient saluer un mainate, l'oiseau-qui-parle, à quelques allées de là dans le village en bois.

 

Je vous vois tous, je suis encore là, au bord du précipice...

À ceux qui ont sauté, la même question, toujours : " S'en remet on ? ".

 

 

Qui, mais qui donc pourrait jaillir ?

Par tempesdutemps.over-blog.com - Publié dans : Memory
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Présentation

  • : Le blog de tempesdutemps.over-blog.fr
  • Le blog de tempesdutemps.over-blog.fr
  • : échange de richesses Culture
  • : Idées, images, musiques à partager pour un tissage de qualité avec ceux qui pensent, qui vivent poétique "Ceci est la couleur de mes rêves" J. MIRO
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact
  • : 08/02/2010

Créer un Blog

Recherche

Vous avez dit poésie ?

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Derniers Commentaires

Livres

Dernières lettresLettres de mon fils Thomas. 4ème de couv. 

sur  le site de l'éditeur Pleine Page

L'Herbe bleuePhotos de C. Mèneret, textes de C. Massart :
Hymne aux lumières du Bassin d'Arcachon.
Mise en page, graphisme Sophie Auriol Ambodexter
Hélène Baron

 

1ère couv  Recueil poèmes - Éd° du Greffier

Pour en savoir +,  editgreffier@free.fr
ou me contacter sur c.masdes@gmail.com 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés