Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de tempesdutemps.over-blog.fr

Idées, images, musiques à partager pour un tissage de qualité avec ceux qui pensent, qui vivent poétique "Ceci est la couleur de mes rêves" J. MIRO

439 - COUCOU, dit le loup !

Publié le 24 Mars 2014 par tempesdutemps.over-blog.com

Entendu hier, l'oiseau pas très sympathique mais annonciateur de jours dits meilleurs. Avec lui, on a l'autorisation d'être dans la joie : c'est le feu vert. La suspension du temps est achevé ; on attendait. Le coucou dit : " Le moment est venu " par ses syllabes doubles que j'entends parfois Cours cours. Pourtant, le cri - ce n'est pas un chant - du coucou me met mal à l'aise. Je le trouve mécanique et un peu obsessionnel. Une injonction répétitive. Peut-être influencée par Vol au desus d'un nid de coucous. Bref, je le trouve moche. Rien à voir avec l'exquis chant des merles et les virtuosités des étournaux. Mais ce n'est pas mon propos.

appel-coucou-cd.jpg

Je travaille depuis quelques temps avec des mal-voyants et l'expression est juste parce que tous ne sont pas complètement aveugles. En faisant un tour de table pour savoir comment ils ont accès à la lecture et connaître leurs goûts, nous découvrons que deux dames écoutent des audio-livres mais que, bien qu'adorant le genre, elles ne supportent pas d'écouter des polars. Tous très étonnés, nous leur demandons pourquoi. " J'ai trop peur " dit l'une et l'autre de surenchérir : " Ça me fout la trouille ! ". Et je comprends tout à coup que ce n'est pas du tout la même chose de LIRE Le loup hurla au fond des bois... que d'entendre ça :

Pas du tout la même chose de lire : Il ouvrit lentement la porte. Le silence de la nuit était épais et lourd que d'entendre, d'intégrer ces sons dans le corps comme si vous y étiez le grincement, les pas et la respiration du méchant (parce que c'est forcément un méchant). Et elles expliquent : La présence, vous comprenez, la présence...
Et oui, tout à coup on comprend la distance que l'esprit peut mettre entre des mots tracés sur une feuille et une réalité et cette réalité si proche par les sons. Pour moi, une porte s'ouvre sur cette différence, brutalement et physiquement.
P.S. : l'image est celle de l'audio-livre L'appel du coucou.
Commenter cet article

Christine 25/03/2014 06:12


Oui, on peut aimer que l'on ne nous raconte pas des histoires.


(mais ça c'est une autre histoire, n'est-ce pas ?)

tempesdutemps.over-blog.com 25/03/2014 09:31



Ou ne pas aimer qu'on nous en raconte... Tout dépend de l'histoire, bien sûr ! Tout sauf du bobard, du roman de gare, du nanar ! Oui, c'est une autre histoire. Peut-être aussi que tout dépend de
QUI la raconte.