Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de tempesdutemps.over-blog.fr

Idées, images, musiques à partager pour un tissage de qualité avec ceux qui pensent, qui vivent poétique "Ceci est la couleur de mes rêves" J. MIRO

Hors série bis : L'oubli des étangs (suite)

Publié le 10 Novembre 2014 par tempesdutemps.over-blog.com

Ce n'est pas de l'immodestie : juste une façon de remercier et de laisser parler d'autres voix sur la mienne, celle de Dominique Boudou, écrivain. Sur son blog http://dominique-boudou.blogspot.fr/  il me fait ce cadeau que je vous transmets :

 

" Après Six petites perdix, publié en 2010, Claire Massart fait paraître L'oubli des étangs, toujours aux éditions du Greffier. Elle poursuit avec cette nouvelle livraison son chemin philosophique en interroeant la permanence fragile de la nature. " Et si les leiux 'étaient que nous-mêmes ? ", écrivait Catherine Sanchez au sujet de Claire Massart. Hélène Baron lui fait chorus : " On devient alors la respiration des arbres, le baiser de la rivière, ces ombres d'arbres qui se bagarrent sur le mur..."

Claire Massart n'est pas une promeneuse des arpents bucoliques où la pensée s'alanguirait. La nature est aussi un tumulte en écho avec les tumultes des souvenirs? L'écorce des troncs et l'écorce du cœur saignent tout pareil. Parfois, " il pleut des cris ".

Je vous recommande vivement la lecturede cette voix discrète et néanmoins ferme ainsi qu'une visite à son blog Les tempes du temps [...]. Savourez lentement les extraits suivants :

 

Tout fait ruisseau. L'air circule entre les jambages des arbres : échanges chuchotés de nouvelles vives et douces.
Le chien s'charne sur sa cimère de taupe, fouaille la boue, se prend pour un sanglier
L'eau claire du fossé le regarde se rincer.
*
Le plus souvent l'été, atteindre cet état : dérive sans retour,
croisement ralenti de corps passant
sous la ligne de flottaison.
Reconnus à leur abandon d'enfants noyés
si semblable au nôtre, à leur éloignement.
Courants inverses, doux, définitifs.
Un temps arrimé par le regard,
dans un silence d'avant la vie et une lumière d'avant la nuit
*
Lumière dévalant le toboggan de la colline
C'est là que les arbres délabrés
appuieront leur renaissance.
Larmes pas loin,
Juste derrière le mur gris
Là où ramiers et merles se toisent
Les pensées tournent en toupie.
*
Linges usés jusqu'à la transparence, effilochures grises
passant très bas, les nuages, ce matin,
ont tout de suaires anciens.
Livres de poussière, arrivés d'un horizon oublié.
Ainsi drossés vers nulle part, ils affolent le ciel
et le font courir.
Nous haletons sous notre souvenir.
Commenter cet article

Beauvieux 17/11/2014 14:08


Un réel bonheur de lecture aussi bien l'herbe Bleue avec des photos magnifiques, que l'oubli des étangs. Je suis admirative  de vos évocations, sans trop en dire on est baignée dans
l'atmosphère du lieu en empathie avec les sentiments vos trouvailles d'expression m'enchantent, quelques unes : l'air circule entre les jambages des pinsles nuages normands qui font la ouate au
détail, le vent a quartier libre... j'envie votre pouvoir avec les mots, je sais la recherche que cela impose, bravo. Je compte bien être à la librairiee Olympique le 3.


Grand merci à très vite

tempesdutemps.over-blog.com 18/11/2014 12:31



À vous merci, Renée, pour votre lecture attentive (on sent votre propre familiarité avec les mots), votre adhésion et votre entrée dans mon monde. C'est gratifiant.


Le RDV à La Librairie Olympique est le 4 décembre.


Oui, à bientôt et merci encore.



dominique boudou 15/11/2014 16:11


Ton livre mérite d'être connu. Bien des poètes installés n'ont pas ta profondeur. Bon week end under the rain mais sans Terje Rypdal.