Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de tempesdutemps.over-blog.fr

Idées, images, musiques à partager pour un tissage de qualité avec ceux qui pensent, qui vivent poétique "Ceci est la couleur de mes rêves" J. MIRO

Le don des larmes

Publié le 23 Mars 2010 par tempesdutemps.over-blog.com

   Tout est parti d'une confusion : le don des larmes devant être entendu comme "avoir le don des larmes", c'est-à dire savoir pleurer et ce don, on l'on ou on ne l'a pas... et non, comme je l'avais compris - et c'était si beau - faire don de ses larmes. Et, finalement, j'ai bien aimé cette confusion en ce qu'elle m'a fait découvrir ; une fois de plus, j'ai trouvé la langue bien inspirée...Antonello-de-Messina-Christ-a-la-colonne1476.jpg 
Regardez le, ce pauvre homme... A-t-il le don des larmes, fait-il don de ses larmes ? A-t-il l'air d'un surhomme ?
Le sang - très peu - et l'eau - toute fine, une goutte ou deux...
Et voilà l'humain ! Enfin l'humain souffrant et je vous rassure, ce n'est pas la seule représentation que j'ai de l'humain !! 

N'ayez crainte, les athées, les iconoclastes, les anticléricaux (et ils sont nombreux !) : je ne fais pas le catoche !! Mais nous savons tous que la religion a donné les plus grands chefs-d'oeuvre de l'histoire de l'art.
Antonello Da Messina Le Christ à la colonne

C'est historique, c'est comme ça et on s'en fout, pourvu qu'on ait l'ivresse !


Juste, je regarde et c'est que je vois me touche profondément. Quelle humanité en cet homme qui pleure ! Quel abandon...

Ne pas avoir peur des larmes , ni des nôtres ni de celles des autres ; les accueillir comme on accueille les sourires, ces mouvements qui affleurent à la surface, de l'intérieur vers l'extérieur.

J'avoue : les personnes qui ne peuvent ou ne savent pleurer m'inquiètent.


Lacrimosa

Et aussi parce que c'est indispensable et céleste !
Confutatis
Commenter cet article

Alain Manuel 14/06/2012 21:17


Je remonte petit à petit votre blog.
A voilà un thème qui m’intéresse: le Don des larmes. N'ayant pas votre culture c'est à travers la chanson de Daniel Balavoine: le chanteur que j'ai découvert qu'il existait. Vers la fin il
dit:
"je remonterais sur scène
je ferais pleurer mes yeux
je ferais mes ad'yeux"

Avant je pensais être le seul à vivre cette étrange phénomène, ce mélange de tristesse profonde qui finit par remplir le cœur de douceur. C'est comme une boule, un puits de douleur dans lequel on
puise réconfort. C'est toujours une circonstance (atténuante) qui déclenche ce sentiment. L'amour, le désir, l'attente et finalement rarement la tristesse. J'ai le don de me noyer, dans ces
moments là, dans des larmes de bonheur un peu comme un poisson dans l'eau delà.

Par contre j'aurai choisi d'autres musiques pour illustrer votre propos.
L'ultra connu adagio de Samuel Barber

La musique de Camille, tirée du film le mépris et écrite par George Delerue
http://www.youtube.com/watch?v=2XJmFd2AiBo&feature=fvwrel

ou L'adagio de la symphonie n° 2 de Rachmaninov par exemple

tempesdutemps.over-blog.com 15/06/2012 14:44



Je comprends que vous connaissez cet état d'extrême sensibilité, cela se sent dans vos mots.


Tout à fait d'accord pour les choix musicaux : je cède parfois à la facilité de coller aux mots et LACRIMOSA allait de soi pour le Don des larmes. Mais les musiques que vous proposez auraient
bien illustré le propos.



clarisse 24/03/2010 22:49


 Super encore ton sujet! J'aime!


tempesdutemps.over-blog.com 25/03/2010 13:44


Les larmes... Quelle histoire, hein ? Ravie de te faire plaisir, oui, vraiment contente.
Kitusé


Lucie 24/03/2010 22:25


Je ne connaissais pas cette belle expression, le don des larmes, c'est assez rassurant pour celles et ceux qui ont "la larme facile" (ça c'est pas aussi beau comme expression!), j'aime bien
l'ambivalence aussi. Le portrait, je le trouve très émouvant, très beau. Et puis je suis tout à fait d'accord avec ce "pourvu qu'on ait l'ivresse"!


tempesdutemps.over-blog.com 25/03/2010 17:32


C'est vrai que ce double sens est troublant... Recevoir et donner, deux facettes du même mouvement vital. Et ce visage donne ça à voir... peut-être.
Merci de ton passge sur le glob. 


warren 24/03/2010 11:21


Le tableau semble techniquement brillant mais au lieu d'apprécier à fond j'ai tout de suite tendance à imaginer Antonello avec ses potes dans un bar à Venise : 'tiens, Mario, est-ce que tu peux
venir à l'atelier demain, j'ai besoin que tu poses et que tu prends l'air aussi tragique que possible, amène des onions pour les larmes ... et qui est-ce qui a un bout de corde? "

A propos de larmes, en vieillissant je pleure de plus en plus facilement pour des histoires absurdes.  Il suffit que je lis dans le journal qu'un chat ou un chien (et en plus je déteste les
chats et les chiens, enfin j'exagère un peu) a été sauvé après une semaine d'une cheminée/tuyau/arbre etc et les larmes chaudes coulent lentement ... et toute histoire d'amour qui fini bien, boum,
ça repart.
 
Bon, les larmes ont coulé à flot en écoutant la fin de Maître et Serviteur de Tolstoï, entendu à la radio l'autre jour (bbc radio 4).  Et pour ceux qui ne pleurent pas facilement larmes
garanties à la fin de Le Prince Heureux de Oscar Wilde, rien que d'y penser ...

 


tempesdutemps.over-blog.com 24/03/2010 18:14


Les bars de Bologne doivent être encore plus sympas que ceux de Venise !! Et j'ai ri en lisant ton histoire de pose et d'oignons !
Non non, c'est pas absurde les histoires de chat, de chiens et d'amour, pas d'accord. On est du côté de la vie, là.
Mon père pleurait beaucoup en écoutant de la musique et en nous lisant certaines choses : ça m'impressionnait énormément. Mais, maintenant, je comprends. Peut-être que quand on est jeune, on pleure
davantage sur soi-même.


Brigitte giarud 23/03/2010 23:56


J'entendais la même chose que toi dans cette expression !
Cette peinture est très belle et, tu as raison, croire ou ne pas croire, ce n'est pas là que ça se passe. D'ailleurs Fra Angellico, ou Boticcelli par exemple, qui ont peint des merveilles, ne
croyaient pas spécialement en Dieu et tous les autres. Les commandes venaient de l'église, pour cela qu'il y a des trésors... Et l'humain est là, seulement là.


tempesdutemps.over-blog.com 24/03/2010 18:17


Ouiche et je vois qu'une fois de plus, j'avais des complices dans mes "mal-entendus".
Avaient-ils le choix, à l'époque ? Si le fric était là, en plus... Tu as raison, on s'en fiche, ça a donné tant de merveilles !